Aller directement au contenu

oie

Genre

féminin

Prononciation

[wa]

Début de l'article

Définition (emploi principal du mot-entrée).

Oiseau aquatique herbivore, voisin du canard mais généralement de plus grande taille et à cou plus long, dont le plumage, souvent blanc ou gris brunâtre, est similaire chez les deux sexes et dont la plupart des espèces sauvages migrent en larges groupes, adoptant une formation en V.

Remarque complémentaire à la définition du mot-entrée.

Dans son emploi usuel, le mot oie peut inclure divers types d’oiseaux aquatiques dont le nom technique est basé sur des génériques plus précis.

Nom(s) associé(s): ensemble d’oiseaux plus restreint.

types particuliers : oie-armée, bernache, céréopse, cyanoieouette.

Remarque complémentaire à la définition du mot-entrée.

Au Québec, et ailleurs au Canada français, le mot oie (sans autre spécification et appliqué à une espèce sauvage) désigne généralement l’oie des neiges* (ou oie blanche).

Remarque complémentaire à la définition du mot-entrée.

Par opposition à jars, le mot oie ne désigne que la femelle.

Autre(s) nom(s) étroitement associés au mot-entrée.

(mâle) jars; (petit, oisillon) oison.

Autre(s) nom(s) étroitement associés au mot-entrée.

(pour exprimer le cri) cacarder, cancaner, criailler, jargonner.

Nom(s) associé(s): ensemble d’oiseaux plus large.

anatidé; ansériforme.

Origine et histoire

Cette dénomination est attestée depuis le dernier quart du 12e siècle (1175 environ, dans la Chronique des ducs de Normandie). Elle est issue du latin tardif auca « oie », qui découlerait lui-même du latin avis « oiseau » par l’intermédiaire d’un dérivé *avica. La forme latine auca a d’abord donné l'ancien français oe, oue qui, par la suite, a vraisemblablement été modifié en oie d’après la première syllabe du mot oiseau. L'ancienne graphie oye, qu’on relève notamment sous la plume de P. Belon du Mans au milieu du 16e siècleBelon du Mans, Pierre (1555). L'Histoire de la nature des oyseaux, avec leurs descriptions, et naïfs portraits retirez du naturel, p. 158 (GoogleLivres, 2019/12/21)., ne cèdera finalement le pas à la graphie concurrente oie qu’au début du 18e siècle; oye était encore la seule graphie véhiculée par les deux premières éditions du Dictionnaire de l’Académie française (1694 et 1718).

Soit que nous distinguions l’Oye en grande ou petite, toutefois il y en a une qui est toujours sauvage, l’autre privee. La sauvage ne la Gruë ne sont veuës en ce païs, sinon en temps d’hyver. Combien que l’Oye soit du nombre des oyseaux qui nagent sur l’eau, toutesfois pource qu’elle n’entend qu’à vivre en ce temps lá, ne hante que les terres labourables pour y trouver pasture, broutant l’herbe de blé, qui luy est de facile digestion. 

Source de la citation : Belon du Mans, 1555

Taxonomie et nomenclature

Dans la terminologie actuelle, le générique oie sert à dénommer une dizaine d’espèces de la famille des anatidés (à pattes roses ou orangées), le plus souvent regroupées dans le genre AnserAnser correspond au nom de l’oie en latin classique.. Certains auteurs préfèrent toutefois ne classer dans ce genre que les espèces à plumage grisâtre, celles à plumage blanc ou partiellement blanc étant plutôt rattachées au genre Chen.

Dans le passé, le générique oie a déjà connu une extension d’emploi beaucoup plus large, qui a progressivement reculé devant l’introduction de génériques de portée plus circonscrite (bernache, céréopse, oie-armée et ouette).

Dans des noms composés

Sous-ensemble de noms d’espèces.

Principales espèces sauvages présentes au Canada et/ou en Europe :

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie à bec court* [Anser brachyrinchus] et oie des moissons* [Anser fabalis] : espèces eurasiennes de taille moyenne, à plumage gris brun et d’aspect assez similaire.

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie à front blanc : autre nom de l’oie rieuse*.

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie blanche : (Qc/Ca) nom usuel de l’oie des neiges.

Remarque complémentaire relative à la sous-entrée.

Cette dénomination, bien implantée au Québec et en Acadie depuis l’époque de la Nouvelle-FranceFonds documentaire historique du TLFQ (http://www.tlfq.ulaval.ca/fichier, 2017/12/04)., a eu préséance dans la nomenclature canadienne jusque dans les années 1980Elle sera alors abandonnée au profit de oie des neiges. Voir : Ouellet, Henri et Michel Gosselin (1983). Les noms français des oiseaux d’Amérique du Nord, no 161..

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie bleue : nom usuel de l’oie des neiges bleue.

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie cendrée* [Anser anser] : grande espèce eurasienne à plumage gris brun, qui est l’ancêtre des variétés domestiques européennes.

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie des moissons* [voir : oie à front blanc*.]

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie de Ross* [Anser rossii (ou Chen rossii)] : espèce nordique, voisine de la petite oie des neiges, mais de taille plus petite et au plumage presque entièrement blanc, qui fréquente le centre et l’ouest du continent nord-américain.

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie des neiges* [Anser caerulescens (ou Chen caerulescens)] : espèce arctique de l’Amérique du Nord et de la Sibérie, à plumage blanc marqué de noir au bout des ailes, qui compte deux sous-espèces. [syn. : oie blanche, oie sauvage.]

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée de deuxième niveau.

grande oie des neiges* [Anser caerulescens atlantica] : sous-espèce de grande taille, qui fréquente l’est de l’Amérique du Nord, niche dans l’arctique canadien et fait des haltes migratoires dans la vallée du Saint-Laurent.

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée de deuxième niveau.

petite oie des neiges* [Anser caerulescens caerulescens] : sous-espèce plus petite et moins nordique qui, en Amérique du Nord, fréquente surtout le centre et l’ouest du continent.

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée de deuxième niveau.

oie des neiges bleue : nom donné à la forme sombre de l’oie des neiges, dont seuls la tête et le ventre sont blancs. [syn. : oie bleue.]

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie rieuse* [Anser albifrons] : espèce nordique à front blanc, dont le plumage gris brun est marqué de barres ventrales noires. [syn. : oie à front blanc.]

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie sauvage : (Qc/Ca) ancien nom usuel de l’oie des neiges.

Sous-ensemble de noms d’espèces.

Espèces domestiquées et principales variétés domestiques :

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie cendrée* (voir ci-dessus).

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie cygnoïde* [Anser cygnoid (ou Anser cygnoides)] : espèce brunâtre de l’Est asiatique, à long cou et à bec noir (sans renflement), dont la tête et le cou présentent un fort contraste (clair devant, foncé derrière) et dont l’oie de Chine est la forme domestique.

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie de Chine ou oie de Guinée : variété domestique d’origine asiatique et issue de l’oie cygnoïde, à plumage gris-brun (parfois blanc) et à cou allongé, qui présente un renflement à la base du bec (plus prononcé chez le mâle).

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie de Toulouse : variété domestique à plumage gris, d’origine française et issue de l’oie cendrée, élevée notamment pour la production de graisse et de foie gras.

Sous-ensemble de noms d’espèces.

Autres anatidés, généralement de grande taille et à cou allongé, historiquement associés au générique oie.

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie à duvet : (18e–mi-19e siècle) ancien nom de l’eider.

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie armée : autre nom de l’oie-armée de Gambie* [voir l’article oie-armée].

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie céréopse : autre nom du céréopse cendré*.

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie coscoroba : autre nom du coscoroba blanc*.

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie cravant : autre nom de la bernache cravant*.

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie d’Égypte : nom usuel de l’ouette d’Égypte*.

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie de Gambie : autre nom de l’oie-armée de Gambie* [voir l’article oie-armée].

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie de Magellan : autre nom de l’ouette de Magellan*.

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie du Canada : (Fr/Eu) autre nom de la bernache du Canada*.

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie naine : autre nom de l’anserelle*.

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie pie : autre nom de la canaroie semipalmée*.

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie pygmée : autre nom de l’anserelle*.

Nom(s) composé(s) d’espèce(s) faisant l’objet d’une sous-entrée.

oie semi(-)palmée : autre nom de la canaroie semipalmée*.

Références et notes

Source(s) métalinguistique(s)

  • TLFi
  • FEW 25 auca, p. 756a.
  • Dictionnaire de l’Académie française (1694 et 1718) (dictionnaire-academie.fr, 2019/12/21).
  • Cabard et Chauvet (2003), p. 77.
  • Donovan et Ouellet (1993).

Base(s) ornithologique(s) de référence

Date de consultation :

  • Avibase
  • HBW Alive
  • Oiseaux.net

Note(s)